1 AN DEJA…

the red center 26 décembre 2013 37

Le 6 aout 2013, nous embarquions à destination de Hanoi, pour un voyage sans billet retour!
Nous avons traversé les paysages verdoyants du Vietnam, nous avons été émerveillés par la Baie d’Along et la gentillesse des vietnamiens. Nous avons affronté la chaleur Cambodgienne et les milliers de marches des temples d’angkor. Nous avons pris le train et le bus et le train, et le bus, encore et encore!
Nous avons découvert la Thaïlande, surfaite par endroits et magnifique par sa simplicité partout ailleurs.
Nous avons parcouru des milliers de kilomètres à pieds, en tuk-tuk, en vélo, en bateau et à la nage.
Nous sommes monté en haut des plus hautes tours, et descendus dans les fonds marins les plus spectaculaires.
Nous avons traversé des frontières, passé des postes de douane improbables, accumulé les tampons dans le passeport.
Nous avons ensuite traversé en coup de vent la Malaisie, et éprouvé une réelle déception face à Kuala Lumpur. Nous avons été surpris par Singapour; sa modernité et sa propreté.
Puis, après le pire vol de notre vie, nous avons rejoint la Nouvelle-Zélande.
Ce fut le choc, autant de beauté et de couleurs, des plages et de la neige, les palmiers, et la roche.
Après 2 semaines marathon, du Nord au Sud, sur les traces du seigneur des anneaux, nous avons quitté ce pays envoutant, non sans avoir juré d’y revenir pour y passer le temps nécessaire!
Nous avons finalement atterri à Sydney, ultime étape du voyage de baroudeurs, pour une autre aventure; Notre aventure australienne!
Là encore, de nombreuses étapes, administratives d’abord, avec l’achat d’une voiture, l’ouverture d’un compte en banque, et autres péripéties!
Puis finalement un peu de repos, avec l’arrivé à Melbourne. Pendant 3 mois, l’université pour Léo et les jobs sous-payés et sous-qualifiés pour Ben, mais dans une ville agréable à vivre qui vaut le détour.
En Janvier, nous avons quitté Melbourne, pour réaliser un rêve, celui d’être cowboy dans un ranch.
Ce fut l’une des expérience les plus folle de notre vie. Du travail difficile, par 40°C, des blessures, des coupures, des coups, des bosses, des chutes à moto, à cheval, des kilos perdus, des nouveaux muscles, et surtout de nouvelles connaissances au sein d’une famille que nous considérons maintenant comme la notre! Nous regardons d’ailleurs chaque cicatrices avec une nostalgie toute particulière!
Qui sait si nous aurons un jour l’occasion de construire une clôture en barbelé, ou de marquer des vaches au fer rouge, mais au moins, maintenant, on sait!
Après 5 mois géniaux, nous avons voulu voir plus grand et travailler dans un ranch de taille plus importante. Nous avons parcouru 3000km, pour nous rendre dans un ranch au Nord de l’Australie, au milieu de nul part.
Nous avons travaillé pour un tyran. Le premier jour déjà, nous voulions faire nos bagages et nous barrer, nous avons tenu un mois, de façon à renflouer les caisses. Finalement, après seulement 1 mois, c’est avec beaucoup de regrets que nous reprenions la route, sans aucune perspective!
Nous avons vagabondé, nous sommes allé nous rendre compte que Darwin, ne valait pas forcément le déplacement…
Nous avons traversé en sens inverse, les milliers de kilomètres d’étendu vide d’où nous venions. Nous avons déprimé, Léo à un peu pleuré.
Entre temps, nous avions eu une offre, pour un job de guide de randonné à cheval dans une foret tropicale, à 20 minutes de Cairns. Allez, hop!
Notre nouvelle destination nous attendait, les palmiers, les montagnes, la foret tropicale et les plages parmi les plus belles du monde.
C’est là que nous sommes, à célébrer cet « anniversaire ».

Qui aurait cru il y a un an que nous allions parcourir tant de chemin, et pourtant, dans un pays si vaste, il en reste encore tant à visiter.

Maintenant, et après un an, on sait que l’Australie, ne sera pas notre pays d’adoption. Il y a tellement de choses magnifique à visiter, tant de gens incroyables à rencontrer, une qualité de vie supérieure à celle que l’on trouve en France, et dans quelques années, qui sait, mais pour le moment, nous ne ressentons pas ce lien fort qu’on a pu avoir avec d’autres pays.
Le manque de pain de bonne qualité et de fromage au lait cru se fait de plus en plus fort!
Les amis, aussi. Les apéros improvisés, le soir après le boulot. Les pique-niques au bord du canal, le shopping BD.
Mais aussi et surtout, la famille. Les parents, les grands parents, les cousins, les réunions de famille et les dimanches à trop manger!
Pouvoir appeler sa maman ou ses copines (Léo) quand ça va pas, pouvoir partager sa déprime et ses coups de blues.

On rencontre des gens, on se fait des nouveaux « amis » Facebook, mais rien n’est pareil que les vrais amis restés au pays. Et même si on se fait des potes facilement, à trop voyager, on perd l’envie, encore et encore, de raconter sa vie, et les conversations sont vites superficielles. En voyage, on se retrouve très vite seul. Seul à gérer le stress, les problèmes et les angoisses.
Heureusement que nous, on est seul à 2!
Après avoir vécu dans 13m2, traversé des études d’architecture et une vie à Paris, ce voyage, pour nous 2 c’est une bouchée de pain!

Mais il ne faut pas croire, le voyage c’est pas toujours rose. On passe sa vie à porter des vêtements froissés sortis d’un sac à dos, à ne pas pouvoir poser ses affaires de toilette sur une étagère, ne rien pouvoir posséder qui ne tienne pas dans le sac, on dort dans des auberges de jeunesse bruyantes ou des campings sans douches, on ne peut pas recevoir de courrier. Ne pas avoir de chez soi est grisant, mais parfois, on ne sait pas où on sera le jour suivant, est-ce qu’on va trouver un endroit pour dormir ou est-ce qu’on va encore dormir dans le coffre de la voiture?
Le voyage au long cours est une sorte de pèlerinage, une quête de soi, et surtout, à quitter ce qu’on ne « veut pas », on en apprend plus sur ce que l’on veut!

Ecrire ce texte est aussi une façon pour nous de faire le point, souvent, lorsque l’on part, même si on ne fuit rien de précis, on essaye un peu de s’échapper de cette vie qui nous pend au nez.
Un boulot stressant, des projets qui ne nous motivent plus assez ou alors simplement l’ennui de la ville. On quitte tout, et on essaye ailleurs!
Pourtant, on oublie trop souvent que cette vie que l’on quitte, elle sera toujours là au retour.
Et ben, tant mieux!
On sait maintenant que c’est ça qu’on veux!
Aller skier le weekend, construire des clôtures pour nos chevaux, se faire des apéros à n’en plus finir avec les potes, passer des dimanches à table à manger de la choucroute.
Avoir un chez nous!

Mais d’ici, là, on va encore profiter un maximum du temps qu’il nous reste ici. D’abord afin de mettre un peu de sous de côté, à ce qu’il parait, les salaires sont très bons vers Perth.
Ensuite, on va aller visiter la moitié Ouest du pays, les plages y sont encore plus belles.
Et enfin, planifier un retour par l’autre côté de la planète, histoire de boucler notre (premier) tour du monde! (Hawaii, Alaska, canada…)

Parti sans projets, on sait maintenant qu’on va sans doute rentrer tôt ou tard!

Les amis, il faudra encore nous attendre un peu, on revient bientôt!

sur la route 14 octobre 2013 7

tekapo trek 06 octobre 2013 75

DCIM100GOPRO

ca trompe enormement 13 septembre 2013 DSCF7752

Da Nanh Scooter 18 août 2013 IMG_2279

DCIM100GOPRO

HCMC 25 août 2013 IMG_2744

Tam coc phong nha 13 août 2013 IMG_1988

Tam coc phong nha 12 août 2013 IMG_1819

DCIM100GOPRO

Publicités